Déficit de la sécurité sociale: les familles encore attaquées

Accueil Actualités Éducation & Famille Déficit de la sécurité sociale: les familles encore attaquées

30 Septembre 2014

Marisol Touraine préfère, une nouvelle fois, s'attaquer aux familles pour combler une partie du déficit de la sécurité sociale au lieu de remettre en cause, notamment, la gratuité de l'Aide Médicale d'Etat pour les étrangers en situation irrégulière qui coûte près d'un milliard d'euros aux contribuables français.

Cette politique est proprement scandaleuse et contraire à l'intérêt de la France et des Français.

Nicolas DHUICQ, député de l'Aube – Jean-Pierre DECOOL, député du Nord – Thierry MARIANI, député des Français de l'étranger – Jacques MYARD, député des Yvelines – Patrice VERCHERE, député du Rhône – Philippe VITEL, député du Var -

La ministre des Affaires sociales et de la Santé a en effet annoncé une réduction du congé parental à 18 mois. Sur ce dossier comme sur les autres le gouvernement navigue à vue. Déjà raboté de 6 mois l'année dernière, le congé parental va encore passer encore sous les fourches caudines du gouvernement.

Ce dispositif a pourtant montré tout son intérêt en permettant d'abord le maintien de l'emploi des femmes. En présentant sa réforme comme une mesure d'égalité puisque les pères pourront, à la suite de leurs épouses, s'arrêter de travailler durant 18 mois, le gouvernement prend les français pour des imbéciles. Aujourd'hui, seuls 4% des pères ont recours au congé parental.

A l'issue des 18 mois et alors que les enfants ne rentrent à l'école qu'à 3 ans, les mères ne pourront reprendre leur activité n'ayant pas de solution de garde pour leurs enfants. Le candidat Hollande avait promis 500 000 nouvelles places d'accueil pour son quinquennat, il n'en réalisera pas la moitié. Sans solution d'accueil, les françaises qui ne peuvent pas mettre leur salaire dans celui de leur assistante maternelle n'auront alors d'autre choix que de quitter leur emploi pour garder leurs enfants.

C'est donc bien un coup sévère porté à la politique familiale comme à l'emploi des femmes que le gouvernement s'apprête à mettre en oeuvre.