Un seul contre-pouvoir possible: l'Assemblée Nationale

Accueil Actualités Assemblée nationale & Politique Un seul contre-pouvoir possible: l'Assemblée Nationale

10 Mai 2012

En élisant François Hollande à la Présidence de la République, les français ont fait un choix que je respecte, même si je ne partage ni le programme, ni les valeurs, ni les idées socialistes.
C'est certes une victoire pour le candidat socialiste, mais une victoire beaucoup plus étriquée que ce que laissaient présager observateurs et sondages.

Mis à part celui de Valéry Giscard d’Estaing, c'est le plus petit score depuis l'avènement de la Vème République.
Si on tient compte des votes blancs, M. Hollande n'a pas la majorité absolue des votants ! C'est un Président minoritaire, une première dans notre histoire !

S’il s’agit d’une défaite pour Nicolas Sarkozy, c'est une défaite dans la dignité. Nous sommes nombreux à avoir apprécié son élégance et sa hauteur de vue, dimanche soir, ainsi que lors des commémorations du 8 mai 1945.

Après 5 années passées avec Nicolas Sarkozy à réformer la France et à lutter contre les crises successives, je suis fier du chemin parcouru mais je sais que le travail à accomplir reste immense. Il faut que les Français sachent qu’il est nécessaire de poursuivre l’effort collectif entrepris si nous ne voulons pas compromettre l’avenir de nos enfants. Le nouveau président doit donc s’y atteler sans tarder, la fonction présidentielle n’autorise aucune période d’essai.


Concernant la huitième circonscription, les électeurs se sont à nouveau largement tournés vers le président sortant Nicolas Sarkozy, puisqu’il a obtenu 60,85 % des suffrages exprimés, signe qu’ils ne sont pas prêts à donner un blanc seing aux socialistes et à l’extrême gauche en leur laissant tous les pouvoirs.
S’ils me renouvellent leurs confiances en juin prochain à l’occasion des élections législatives, qu’ils sachent que je saurai défendre à l’Assemblée Nationale les valeurs qui leurs sont chers.

Aujourd’hui la gauche détient tous les pouvoirs en France : l'Elysée, la majorité des villes, la majorité des départements, 21 régions sur 22 et le Sénat depuis l'an dernier ! Il n'y a plus qu'un contre-pouvoir possible : c'est l'Assemblée Nationale ! La victoire aux législatives, sur le plan national, est possible, elle est même indispensable pour la bonne santé démocratique de notre pays.

C’est pourquoi, je demande aux électeurs de la droite et du centre de se mobiliser massivement dès le 1er tour des élections législatives pour éviter une vague rose qui serait catastrophique pour la France.

Nous avons perdu le match aller, gagnons ensemble le match retour!